Actualités

20 octobre 2015

L’EFFAbuleux destin d’une équipe de foot hors du commun

Malgré son manque de visibilité et les maigres moyens dont elle dispose, l’Equipe française de football pour amputés (EFFA) connaît, sur les terrains, un succès qui va croissant. Generali lui a récemment remis le label Sport Responsable qui récompense l’ensemble de son travail.

L’EFFA. Cette équipe de foot ne vous dit peut-être rien, pourtant elle a déjà disputé trois coupes du monde sous les couleurs de la France et prépare déjà la prochaine qui aura lieu en 2017 en Turquie. Ceci dit, rien de surprenant, l’Equipe française de football pour amputés évolue dans une relative confidentialité, y compris parmi les disciplines handisport. « De fait, conformément au code du sport, nous sommes affiliés à la FFH [Fédération française handisport], mais celle-ci ne nous reconnaît pas en tant que discipline sportive et ne nous verse aucune subvention, regrette Richard Gobert, président de l’EFFA. Espérons que cette anomalie soit vite réparée et gageons qu’un jour nous aurons l’honneur de disputer les Jeux paralympiques. »

Ultra populaire en Turquie (qui compte deux ligues et une quarantaine d’équipes évoluant dans des infrastructures dignes des valides professionnels), en Russie ou en Pologne, cette pratique peine à s’imposer en France. L’Equipe française de football pour amputés est même l’unique représentante dans l’hexagone (ceci expliquant sûrement son nom) et doit composer avec des moyens très limités. De plus, la plupart des licenciés étant originaires des quatre coins du pays, les entraînements communs se font rares et les repères entre les joueurs ne s’en trouvent guère facilités, même si l’essentiel n’est pas là, assure Richard Gobert : « Chacun s’entraîne dur de son côté. Quand on se voit, en moyenne deux fois par mois, on prend un plaisir monstrueux à évoluer ensemble et on veut donner le maximum. »

 

Quart de finaliste à la coupe du monde 2014

 

Le groupe a pris l’habitude de se retrouver à Anglefort, une petite commune de l’Ain (1000 habitants) où réside Richard et quelques joueurs. L’aventure EFFA a d’ailleurs commencé non loin de là, à l’issue d’un stage d’initiation à la course avec prothèse organisé par l’ADEPA (Association de défense et d’études de personnes amputées) en 2007. Féru de ballon rond, Nabil Labhilil, un des participants, a alors eu l’idée de monter une équipe de football dans laquelle évolueraient uniquement des joueurs amputés. Dans la foulée, après un séjour sportif au sein de l’équipe de football pour amputés de Manchester (Angleterre) qui a permis d’affiner le projet, une douzaine de joueurs de la région Rhône-Alpes ont obtenu le droit de s’entraîner au Huert Olympique Club des Avenières (Isère) après que les dirigeants eurent modifié les statuts du club et créé une section foot des amputés. Quelques mois plus tard, la jeune formation prenait part à la coupe du monde 2007 en Turquie. Dès lors, les bases étaient jetées pour créer une association. L’EFFA est née en mars 2011. Aujourd’hui, elle compte une vingtaine de joueurs (de 14 à 52 ans) et est de tous les rendez-vous internationaux. « En 2012, on a disputé la Victory Cup en Russie, un an plus tard, le tournoi de l’ambassadeur en Pologne et en 2014, la coupe du monde au Mexique où nous avons atteint pour la première fois les quarts de finale », souligne le président. En septembre, l’EFFA s’est vue remettre par Generali le label Sport Responsable 2015 pour les bonnes pratiques qu’elle met en place. Une récompense qui, espérons-le, saura lui attirer les partenaires dont elle a besoin et lui apporter toute la reconnaissance qu’elle mérite.

 

Eclairage

 

N’en déplaise aux esprits chagrins, le football pour amputés est un sport spectaculaire. Dans cette discipline, les bras et les béquilles remplacent les jambes et le pied valide exécute tous les gestes techniques du foot (contrôle, passe, tir). Il est donc interdit de toucher le ballon avec ses béquilles. Pour rendre le jeu plus vivant et ne pas trop faire souffrir les organismes – déjà mis à rude épreuve -  les rencontres se disputent sur des demi-terrains et durent deux fois 25 minutes, avec un temps-mort par période.

Les équipes sont composées de sept joueurs dont un gardien de but. Le règlement impose que ce dernier soit privé d’un membre supérieur et qu’il effectue ses arrêts uniquement avec les jambes et la main valide.

Enfin, deux hommes en noir assurent l’arbitrage, l’un dans l’aire de jeu, l’autre le long de la ligne de touche.

 

 

Portrait

 

« Notre équipe est une famille »

 

Jouer pour se réparer. Jean-Louis Michaud, 33 ans, amputé d’une jambe après avoir sauté sur une mine antipersonnel en Afghanistan, a intégré l’Equipe française de football pour amputés (EFFA) il y a tout juste un an. Pour son plus grand bonheur. « J’apprécie tout particulièrement d’évoluer aux côtés de personnes qui ont connu un drame similaire au mien. Cela m’a aidé à me reconstruire psychologiquement. Ensemble, nous acceptons plus facilement notre handicap, nous nous comprenons, nous nous sentons très proches, à tel point que nous formons aujourd’hui une vraie famille. » Pourtant, la perspective de rejoindre l’EFFA, sur les conseils d’un collègue militaire lui-même blessé de guerre, ne l’excitait pas beaucoup au départ. « Il m’a fallu trois ans pour prendre une décision car, valide, j’ai longtemps joué au football et j’avais peur de ne pas faire l’affaire sur des béquilles », détaille le chasseur alpin. Finalement, Jean-Louis n’a eu besoin que d’une séance d’entraînement pour comprendre qu’il avait fait le bon choix. Le football pour amputés est désormais une passion qu’il a l’intention de transmettre aux autres une fois son diplôme d’éducateur sportif en poche. 

 

Retrouvez l'équipe française de football amputés sur http://www.effa-foot.fr/, sur Twitter et Facebook !

* A vous de jouer !

* Cliquez ici pour remplir votre dossier de candidature

* contact : sport-responsable@generali.fr